Grille horaire

Consultez la grille horaire ci-dessous pour découvrir notre programmation exclusive
110Stingray Classica Dutch
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
dim
Aujourd'hui
Filtrer par type de programme
Opéra
OpéraXL
Concert
Classique express
Musique de chambre
Ballet
Documentaire
Chefs-d’œuvre
Soliste
Musique sacrée
GitaarSalon
Opéra junior
Archives
Clips classiques
Classiques populaires
Diffusé récemment
00:00
Verdi - Nabucco
PG02:21:002017HD
Né à Israël, le chef d’orchestre Daniel Oren dirige l’Orchestre des Arènes de Vérone dans cette magnifique interprétation de Nabucco de Giuseppe Verdi. Ce troisième opéra de Verdi – mais aussi son premier succès populaire – a été créé au Teatro alla Scala de Milan, en 1842, en plein cœur du « Risorgimento » et de la capitale du nationalisme italien, à une époque où les tenants de la libération de l’Italie de l’occupation autrichienne commençaient à se faire entendre. Le « Chœur des esclaves hébreux », pivot du troisième acte durant lequel les Juifs exilés de Babylone par Nabuchodonosor pleurent leur pays « beau et perdu », a immédiatement touché les nationalistes italiens et est devenu un symbole de leur identité nationale. Daniel Oren, expert du langage musical de Verdi et invité régulier des Arènes de Vérone, dirige avec grand panache cette « épopée lyrique » qui jouit d’une importance particulière dans le cœur des Italiens. Cette interprétation enregistrée en 2017 met notamment en vedette George Gagnidze, Susanna Branchini, Nino Surguladze, Rubens Pelizzari et Stanislav Trofimov.
02:21
Waldbühne 2002 – Night of the Encores
G01:34:002002HD
Devant un public en liesse, Mariss Jansons dirige le Berliner Philharmoniker et le violoniste Vadim Repin dans le cadre d’une soirée consacrée aux rappels les plus populaires à la Walbühne de Berlin. Figurant parmi les scènes extérieures les plus impressionnantes d’Europe, la Walbühne accueille chaque été le Berliner Philharmoniker, qui se produit devant un public de quelque 20 000 personnes. L’édition 2002 de ce concert annuel célèbre les rappels fréquemment joués par les grands orchestres et ensembles. Le Berliner Philharmoniker se produit pour l’occasion avec le violoniste belge d’origine russe Vadim Repin, qui est le plus jeune lauréat du Concours musical Reine Élisabeth de Bruxelles, et a joué sous la direction de nombreux chefs d’orchestre de renom, dont Simon Rattle, Valery Gergiev et Mariss Jansons. Le programme de la soirée passe de de Wagner à Tchaïkovski, de Sibelius à John Williams, et termine par le rappel ultime : le Berliner Luft de Paul Lincke!
03:55
Les Argonautes - La quête de la Toison d’or
G01:01:002018HD
En 1419, Philippe le Bon a hérité d’un royaume qui s’étendait de Dijon jusqu’aux Pays-Bas. En 1430, il a fondé son Ordre de la Toison d’or, lui permettant de mettre en pratique et de maintenir ses idéaux liés à la chevalerie et ses relations politiques. La fraternité légendaire a inspiré à Marnix De Cat et ses chanteurs ce programme : des trompettes annoncent l’arrivée du Duc et de sa suite, et des louanges sur l’amour sont chantées dans des compositions ravissantes.
04:57
De Meij - Symphonie no 1 «Le Seigneur des Anneaux»
G01:02:002018HD
Ce concert résulte d’une collaboration entre les conservatoires Giuseppe Nicolini de Piacenza et Giuseppe Verdi de Milan, dans le cadre du projet « MIlanoPIACEnza ... suonare insieme ». Le programme du concert est composé d’œuvres du chef d’orchestre et compositeur néerlandais Johan de Meij. Intitulée « Seigneur des Anneaux », sa Symphonie no 1 pour bois et cuivres est basée sur la célèbre trilogie de J. R. R Tolkien. Cette œuvre compte cinq mouvements, inspirés de personnages et de passages du récit : Gandalf, Lothlórien, Gollum, Journey in the Dark et Hobbits. La première de la symphonie a été présentée à Bruxelles en 1988, et une version symphonique a été enregistrée par le London Symphony Orchestra en 2001. Ce concert mis en scène par Pietro Tagliaferri a été enregistré à la Sala dei Teatini du Teatri di Piacenza, en 2018.
06:00
Buxtehude - Abendmusik
G01:41:002017HD
Dietrich Buxtehude est l’un des pères fondateurs de l’école allemande d’orgue du 17e siècle, et son influence sur des compositeurs tels que Jean-Sébastien Bach, son fils spirituel, ne pourrait être surestimée. Buxtehude était non seulement un maître incontesté de la musique pour orgue, mais également un compositeur prolifique dont l’œuvre est composée de plus de 200 pièces. Buxtehude a passé sa vie à voyager entre Lübeck et Helsingborg, Hambourg et Copenhague. Compositeur innovateur à une époque décisive de l’histoire de la musique, Buxtehude a transformé en événement annuel les Abendmusiken, des veillées musicales d’abord introduites par son prédécesseur, Franz Tunder, lors des cinq dimanches précédant Noël. L’ensemble Masques et le chœur Vox Luminis invitent les spectateurs à découvrir la musique baroque du 17e siècle et les compositions vocales de Buxtehude dans le cadre d’un concert enregistré en 2017 au Centre Amuz d’Anvers, en Belgique, sous la direction d’Olivier Fortin et de Lionel Meunier.
07:41
Josquin Desprez - motets
G00:53:002018HD
Dans les œuvres polyphoniques du 15e siècle, la souffrance est le principal thème, après l’amour. Comme dans les toiles des Primitifs flamands, les larmes coulent à flots dans les créations des compositeurs comme Josquin Desprez. Avec sa sélection des tonalités sombres les plus exquises de Josquin (Miserere mei, De profundis, Absalon fili mi), Cappella Amsterdam livre un programme époustouflant aux couleurs sourdes. Le concert s’achève sur Musae jovis, la déploration de Gombert sur la mort de Josquin.
08:35
CMIM - Finale - John Brancy
G00:36:002018HD
Peter Dugan accompagne le baryton américain John Brancy (1988-) dans le cadre de la finale de l’épreuve de chant (catégorie mélodie) du Concours musical international de Montréal (CMIM), en 2018. Au programme : The Things Our Fathers Loved, In Flanders Fields et Tom Sails Away de Charles Ives, Bleuet (FP 102) et Priez pour paix (FP 95) de Poulenc, Der Schiffer (D. 536), Der Wanderer (D. 493) et Du bist die Ruh (D. 776) de Schubert, et Zdes khorocho (op.21/7) et Vesennié vody (op. 14/11) de Rachmaninov. Créé en 2002 pour célébrer les musiciens qui témoignent d’une maîtrise exceptionnelle de leur art, le Concours musical international de Montréal (CMIM) est un événement annuel qui attire des milliers de spectateurs dans les salles de concert, à la radio et sur le Web. Il s’agit de la seule compétition internationale en Amérique du Nord qui présente trois disciplines (voix, violon et piano) en rotation sur une période de trois ans.
09:11
Verdi - Quattro pezzi sacri - II. Stabat Mater
G00:52:001998HD
L’Europakonzert fait partie de la tradition du Berlin Philharmonic depuis 1991. En présentant un « concert européen » dans une ville différente d’Europe chaque année, les musiciens soulignent l’anniversaire de la fondation de l’orchestre le 1er mai 1882, et célèbrent le patrimoine commun du Vieux Monde. L’Europakonzert 1998 a été présenté dans un endroit fascinant et unique, le musée Vasa de Stockholm. Ce musée présente un bateau du 17e siècle de 69 mètres de longueur, près de 12 mètres de largeur et pesant 1 210 tonnes, qui s’est renversé et a coulé durant son voyage inaugural en 1628. Le Berlin Philharmonic, sous la direction de Claudio Abbado, présente un programme musical au diapason de ce magnifique cadre maritime. Pour la pièce maîtresse du concert, une interprétation mémorable et puissante des Quattro pezzi sacri de Giuseppe Verdi, le Swedish Radio Choir et l’Eric Ericson Chamber Choir se joignent à l’orchestre.
10:03
Bach - Partitas pour violon seul (BWV 1001-1006)
G01:18:002006HD
Le retour de Gidon Kremer aux partitas de J. S. Bach est un événement majeur. Kremer a enregistré ces œuvres pour la première fois il y a près d’un quart de siècle. Dans cet enregistrement de 2006, Kremer relève une fois de plus le plus grand défi pour tout violoniste : interpréter les magnifiques Sonates et partitas pour violon seul (BWV 1001-1006) de Bach, qu’il qualifie lui-même « d’Himalaya » de la musique pour violon. Avec ces pièces, Bach a fermement établi la capacité technique du violon comme instrument solo. Les partitas ont servi d’archétypes aux pièces pour violon solo produites par des générations de compositeurs. Cette interprétation de la collection met en lumière la spontanéité et le goût du risque de Kremer, mais elle est aussi marquée par la conscience structurelle d’un musicien d’exception qui, d’une manière unique, rend parfaitement justice à la richesse polyphonique des compositions et à leur grande profondeur.
11:21
Scandale
G01:42:002015HD
Le réseau allemand ZDF a qualifié Scandale de « musique classique pour l’époque pop », ce qui est une excellente façon de décrire la collaboration pianistique entre l’Allemande Alice Sara Ott et le Luxembourgeois Francesco Tristano. De cette performance de 2015 enregistrée au Heidelberger Frühling, un festival renommé consacré à la musique classique contemporaine, il émane une énergie et une joie incomparables. Le programme comprend des arrangements pour piano du Boléro et de la Valse de Ravel, des Nocturnes (Nuages et Fêtes) de Debussy, et du célèbre ballet Le sacre du printemps d’Igor Stravinsky. Le duo présente également une composition signée Tristano, intitulée A Soft Shell Groove Suite.
13:04
Sons of Vienna : 5e partie - Dynasty of Dance
G00:22:002018HD
Dans la série documentaire en six parties Sons of Vienna un éventail de musiciens, de professeurs et de musicologues explorent la vie et l’œuvre d’artistes légendaires. Allez à la rencontre des grands compositeurs qui ont façonné la vie culturelle de Vienne, et qui méritent amplement leur statut de « génie ». Dynasty of Dance (5e partie) relate la vie et l’œuvre de la dynastie Strauss. On doit à Johann Strauss, orphelin dès l’âge de sept ans et relieur jusqu’au milieu de la vingtaine, le premier style de danse qui allait séduire le monde entier. Johann Strauss a également donné naissance à trois compositeurs – Johann II, dit « le roi de la valse », Josef et Eduard – bien qu’il ait tout fait pour décourager ses fils de suivre ses traces. Strauss père et Johann II se sont disputés sans relâche jusqu’à la mort du père. Les œuvres postérieures de Johann II constituent-elles une forme de mea culpa? Si les compositions des Strauss sont souvent qualifiées de « musique légère », personne ne peut nier la popularité intemporelle de la valse viennoise, une autre contribution culturelle importante née de cette ville magique d’Autriche.
13:27
Beethoven - Sonate pour piano no 9, op 14 no 1
G00:36:001983HD
Les deux sonates de l’opus 14 ont été complétées après la Sonate no 8 dite « Pathétique » de Beethoven et ont été publiées ensemble en 1799. La première de celles-ci, la Sonate no 9 en mi majeur, a été plus tard arrangée par le compositeur pour un quatuor à cordes. Malgré sa popularité relative, l’œuvre est demeurée la seule écrite par Beethoven avec ce type d’arrangement. Cette performance est un extrait de l’interprétation encensée faite par Daniel Barenboim des 32 sonates pour piano de Beethoven. Elle a été captée au Schloss Hetzendorf de Vienne, en Autriche, en 1983.
14:03
Misha Fomin at the Concertgebouw
G02:10:002016HD
Depuis son premier concert spectaculaire au Concertgebouw d’Amsterdam en 2002, le pianiste Misha Fomin est devenu une partie intégrante du paysage musical néerlandais. La presse nationale et internationale a salué la fluidité virtuose de son jeu, la riche palette de couleurs qu’il parvient à créer et son impressionnante intelligence musicale. Dans le cadre de ce concert, enregistré au Concertgebouw d’Amsterdam, Fomin interprète plusieurs pièces, y compris Tableaux d’une exposition (1874) de Modeste Moussorgski. Les mouvements de cette pièce sont séparés par la Promenade, un thème récurrent et varié qui évoque le déplacement du spectateur d’un tableau au suivant. Les différentes promenades sont des variations sur un même thème, qui revient dans deux autres mouvements (Cum mortuis in lingua mortua et La porte du Bogatyr). Moussorgski a composé ce cycle sur une période de trois semaines en 1874, après avoir visité l’exposition de son ami, le peintre Viktor Hartmann. À ce sujet, Moussorgski a écrit : « Les sons et les idées flottent dans l’air. Je les avale et je les dévore, j’arrive à peine à les mettre sur papier. »
16:13
Haydn - Symphonie No. 45 « les Adieux »
G00:28:002018HD
Sous la direction de Conrad van Alphen, l’orchestre Sinfonia Rotterdam interprète la Symphonie no 45 de Haydn à la Nieuwe Kerk (nouvelle église) de La Haye. Cette pièce est surnommée « Les adieux » en raison d’une anecdote amusante. Haydn et ses musiciens séjournaient chaque année de mai à octobre au magnifique palais Esterháazy, à la demande du prince Nicolas. Au début de novembre 1772, le prince a annoncé son intention de demeurer au palais pendant deux mois supplémentaires. Les musiciens ont alors fait savoir à Kapellmeister Haydn leur désaccord devant cette prolongation forcée de leur séjour. La solution proposée par Haydn a été de composer une pièce livrant un message clair : au terme du dernier mouvement de la Symphonie, les musiciens étaient appelés à souffler les chandelles sur leur lutrin et à quitter la pièce l’un après l’autre. Le prince Nicolas a compris le message; le lendemain, une voiture attendait les musiciens pour les ramener à la maison.
16:42
La beauté est un crime: Mendelssohn et Brahms
G01:04:002015HD
Le chef d’orchestre Teodor Currentzis dirige l’ensemble MusicAeterna avec la violoniste austro-moldave Patricia Kopatchinskaja lors de cette performance mettant en vedette de jeunes musiciens accomplis et énergiques. Pour ce concert, ils étaient en quête d’un nouveau sens pour le mot « beauté ». Ainsi, cette performance de 2015 au réputé Musikfest Bremen éclaire de façon tout à fait nouvelle deux classiques bien-aimés de Brahms et Mendelssohn. Le programme comprend le Concerto pour violon en mi mineur de Felix Mendelssohn et la Symphonie no 3 en fa majeur de Johannes Brahms.
17:46
CMIM - Demi-finals - John Brancy
G00:30:002018HD
Peter Dugan accompagne le baryton américain John Brancy (1988-) dans le cadre de la demi-finale de l’épreuve de chant (catégorie mélodie) du Concours musical international de Montréal (CMIM), en 2018. Au programme : Des Fräuleins Liebeslauschen (D. 698) et Erlkönig (D. 328) de Schubert, Auf einer Burg (op. 39/7) de Schumann, Dans la nymphée (op. 106/5) de Fauré, Under strandens granar (op. 13/1) de Sibelius, Love Went a-Riding (H. 114) de Frank Bridge, et The Green-Eyed Dragon de Wolseley Charles. Créé en 2002 pour célébrer les musiciens qui témoignent d’une maîtrise exceptionnelle de leur art, le Concours musical international de Montréal (CMIM) est un événement annuel qui attire des milliers de spectateurs dans les salles de concert, à la radio et sur le Web. Il s’agit de la seule compétition internationale en Amérique du Nord qui présente trois disciplines (voix, violon et piano) en rotation sur une période de trois ans.
18:16
Jaap van Zweden dirige Symphonie Fantastique
G01:13:002008HD
La rencontre entre le compositeur français Hector Berlioz et la belle actrice Harriet Smithson a inspiré l’une des œuvres les plus célèbres de Berlioz. L’ayant vue dans une pièce de Shakespeare, il était désespérément épris d'elle. Il lui envoya de d’innombrables lettres d’amour, mais elles restèrent sans réponse. Le cœur brisé, il composa sa « Symphonie fantastique » (titre original : « Épisode de la vie d’un artiste, symphonie fantastique en cinq parties »). La composition raconte l’histoire d’un jeune artiste désespéré qui s’empoisonne avec de l'opium à cause d’un amour non partagé. Or, la dose est trop faible : au lieu de lui donner la mort, le narcotique provoque des hallucinations. Le caractère narratif de la musique et la taille de l’orchestre (avec entre autres deux harpes et deux jeux de cloches) firent de cette symphonie une œuvre révolutionnaire.
19:30
Documentaire: Ginandrea Noseda
G00:47:002016HD
Bien que le grand compositeur italien Giuseppe Verdi ait été refusé au Conservatoire de Milan, cette institution musicale de renom a éventuellement été renommée en son honneur. Aujourd’hui, le Conservatorio Giuseppe Verdi compte nombre de grands musiciens parmi ses diplômés : Giacomo Puccini, Alfredo Catalani, Claudio Abbado, Riccardo Chailly, Luigi Einaudi, Daniele Gatti et Gianandrea Noseda. Né en 1964, ce dernier est l’un des chefs d’orchestre les plus célébrés de sa génération. Récemment, Noseda a effectué un retour dans les salles de classe de son alma mater pour animer une classe de maître unique destinée à de jeunes musiciens prometteurs provenant des quatre coins du globe. Pendant trois jours, Noseda a fait équipe avec un groupe d’élèves triés sur le volet afin de préparer un programme musical éclectique. Ce documentaire suit ces jeunes musiciens talentueux tandis qu’ils répètent des compositions de Mozart, de Tchaïkovsky et de Stravinsky sous la direction enthousiaste de maestro Noseda.
20:17
Beethoven - Sonate pour piano no 19, op 49 no 1
G00:12:001983HD
Cette performance est un extrait de l’interprétation encensée faite par Daniel Barenboim des 32 sonates pour piano de Beethoven. Elle a été captée au Schloss Hetzendorf de Vienne, en Autriche, en 1983.
20:30
Saint-Saëns - Symphonie nº 3, op. 78
G00:42:002011HD
Paavo Järvi dirige l’Orchestre de Paris dans une magnifique performance d’œuvres de Dvořák et de Saint-Saëns présentée à la Salle Pleyel de Paris, en 2011, mettant en vedette les solistes Gauthier Capuçon et Thierry Escaich. Le violoncelliste français primé Gauthier Capuçon, frère du célèbre violoniste Renaud Capuçon, a enregistré plusieurs des grands concertos pour violoncelle, dont le Concerto pour violoncelle, op. 104 d’Antonin Dvořák, qu’il interprète ici avec l’Orchestre de Paris. L’organiste Thierry Escaich interprète pour la part la Symphonie no 3 de Saint-Saëns, communément appelée Symphonie pour orgue, bien qu’il ne s’agisse pas d’une pièce pour orgue à proprement parler. Saint-Saëns, qui était un organiste célèbre du Paris du XIXe siècle, a dédié sa Symphonie n° 3 à son ami et collègue Franz Liszt, décédé juste après la première de la pièce en 1886.
21:12
Saint-Saëns - Intro et Rondo Capriccioso, Op. 28
G00:11:002006HD
Le Waldbühne de Berlin est l’un des plus grands et impressionnants amphithéâtres en plein air d’Europe : un décor parfait pour le concert annuel de fin d’année de l’Orchestre philharmonique de Berlin. Avec environ 22 000 spectateurs, ces concerts sont énormément populaires chez les mélomanes de la musique classique. En 2006, il y avait une petite touche néerlandaise : Neeme Järvi a dirigé les fameux musiciens berlinois en présence de la violoniste néerlandaise Janine Jansen. Au programme : Nikolaï Rimski-Korsakov - « Schéhérazade » ; Edvard Grieg - « Peer Gynt », Suite No. 1, Op. 46 (en partie) ; Carl Nielsen « Aladdin », Suite pour Orchestre Op. 34 (en partie) ; Camille Saint-Saëns - « Introduction et Rondo Capriccioso » ; Jules Massenet - « Méditation » pour violon et orchestre de l’opéra « Thaïs ».
21:24
Wild Cursive
PG01:04:002009HD
« Wild Cursive » est la troisième œuvre de la trilogie Cursive du danseur et chorégraphe taïwanais Lin Hwai-min. Cette captivante série traduit l’évolution d’une fascinante discipline artistique chinoise, la calligraphie, par le biais de la danse. Comme le dit lui-même Lin, ce volet final est le point culminant de sa trilogie, car il correspond à la calligraphie « spontanée », pleinement libre, détachée et abstraite. La performance contient des éléments de taï-chi et un accompagnement musical constitué de compositions de Jim Shum et Liang Chun-mei. Elle a été captée en 2009 au Théâtre national de Taipei, à Taïwan.
22:28
Young Euro Classic 2017
G00:53:002017HD
Sur une période de 19 jours, les meilleurs orchestres jeunesse au monde, dirigés par des chefs d’orchestre de renom et accompagnés de solistes virtuoses, livrent des performances inspirantes dans le cadre du Young Euro Classical. Ce festival est réputé être la plus importante plateforme pour les jeunes musiciens internationaux évoluant dans la tradition classique européenne. Découvrez certaines des performances exceptionnelles et contagieuses de l’édition 2017 de l’événement, qui comprennent des œuvres classiques de renom ainsi que des pièces de compositeurs locaux. Au programme : La forza del destino de Verdi, Meeresstille und glückliche Fahrt de Beethoven, le Concerto pour piano no 1 et Six romances de Tchaïkovski, Georgian, Mingrelian Songs de Kohji, Rhapsody on Moldavian Themes, op 47, de Weinberg, et As the Heart Soars de Wong.
23:22
Demi-finale I - Concours piano de Liszt 2017
G00:37:002017HD
Ayumu Yamanaka (1988, Japon) interprète une sélection des Harmonies poétiques et religieuses (S173) : VI. Hymne de l’enfant à son réveil, VII. Funérailles et La Somnambule (S393/3) de Bellini/Liszt lors de la demi-finale I du 11e Concours international de piano Franz Liszt, qui s’est tenu à TivoliVredenburg, Utrecht, en 2017. Fondé en 1986 aux Pays-Bas, le concours présente, développe et promeut activement la prochaine génération de pianistes internationaux. Il est devenu l’une des principales portes d’entrée vers la scène musicale classique professionnelle pour les jeunes musiciens, et figure parmi les concours de piano les plus prestigieux du monde.